Département Essais et Recherche - CEREN
L'expertise au service des opérationnels
Paysage mditerranen illustration CEREN Paysage mditerranen Paysage mditerranen Feu de Fontans (34) Feu de Fontans (34)

Rapport d'Etudes CGDD (n°45, août 2011) : le risque feux de forêt en France

Rapport à télécharger

En France métropolitaine, la superficie forestière est de 16 millions d’hectares (ha) soit 30 % de la surface du territoire français. Les surfaces des zones combustibles se sont accrues de 20 % entre 1975 et 2007 notamment en raison du phénomène de déprise agricole. Les zones boisées du Sud de la France ont un potentiel combustible élevé dû aux essences présentes et au climat. 6 000 communes françaises sont classées « à risque feux de forêts », soit une commune sur six. Les trois quarts des communes françaises ayant subi des feux sont situées dans la moitié Sud de la France.

En 2008, avec 2 781 feux de forêts, la France s’est placée au 8e rang des pays européens les plus touchés par des incendies forestiers. Chaque année en moyenne, 4 000 départs de feux ont lieu et 24 000 ha de forêts sont incendiés
en France métropolitaine. Le nombre de feux a tendance à stagner, tandis que les surfaces brûlées sont en diminution, grâce aux interventions précoces, aux outils de surveillance des services de lutte et de secours et à la gestion forestière. Moins de 2 % des feux parcourent des surfaces supérieures à 100 ha.

La totalité des communes de l’île de la Réunion sont classées à risque de feux de forêts. Les conditions d’intervention des services de secours, notamment les conditions d’accès, sont particulièrement difficiles dans ce département et les enjeux à protéger, essentiellement végétaux et animaux remarquables, sont nombreux.

Les surfaces parcourues par les incendies entre 1990 et 2006 sont cinq fois moindres que sur la période 1966-1988, grâce à la prévention, l’amélioration de l’accessibilité et de la mise en oeuvre des moyens de lutte. L’habitat et les constructions à usage d’activité s’accroissent dans les zones à risque incendie, ce qui augmente les risques de départ de feuet le nombre de personnes à protéger en cas d’incendie. À 90 % d’origine humaine, lorsque l’origine du départ de feu est connue, les incendies engendrent des conséquences généralement
néfastes sur les écosystèmes et présentent des risques importants pour les enjeux construits dans ou à proximité des zones à risque. Les départs de feux sont généralement d’origine accidentelle, à l'exception de certains départements du littoral méditerranéen où les actes de malveillance sont la cause principale. La présence diffuse et croissante de l’homme et des activités humaines dans les massifs forestiers et en parallèle l’absence de débroussaillage autour des
constructions concourent à augmenter les risques de départs de feux.

En Languedoc-Roussillon, les incendies ont affecté principalement les forêts de conifères. En Corse, les feux ont touché la végétation arbustive ou herbacée. En Provence - Alpes - Côte d’Azur, les incendies ont principalement brûlé les forêts de conifères, les forêts mélangées et la végétation arbustive ou herbacée. Suite aux incendies survenus entre 2000 et 2006, les forêts du Var, de la Lozère et des Alpes-de- Haute-Provence se sont restaurées beaucoup plus lentement que celles
de Haute-Corse, des Alpes-Maritimes, des Pyrénées-Orientales ou de l’Hérault. Les services de secours disposent de systèmes de prévision et de détection de plus en plus efficaces. Ils sont aidés par les cartographies de Météo-France qui représentent la répartition géographique de l’Indice forêt météo (IFM). Cet indice permet d’établir le niveau de risque
d’incendie. Les services de l’État disposent d’outils réglementaires, notamment les Plans de prévention des risques d’incendie de forêt (PPRIF) qui délimitent les zones à risque, définissent des mesures de prévention
et de protection pour les constructions existantes et limitent les nouvelles constructions. 81 plans étaient approuvés et 152 étaient prescrits fin 2010.

Faisant suite au livre vert de la Commission sur l’impact du changement climatique, le Parlement européen recommande en 2011 l’adoption d’une réglementation européenne pour mieux protéger les forêts contre les incendies.
Les territoires à risque d’incendie de forêt devraient s’étendre significativement vers les régions du Nord de la France à l’échéance de 2040, en raison du changement climatique prévu par les climatologues : le Poitou-Charentes, les Pays de la Loire, le Centre, la Bretagne et le Nord de la région Midi-Pyrénées devraient faire partie des zones sensibles aux feux de forêt. La surface sensible aux feux de forêts, estimée à 5,5 millions d’ha en 1989-2008, pourrait atteindre 7 millions
d’ha à l’horizon 2040.

AM

Haut de page

Entente pour la forêt Méditerranéenne - Département Essais et recherche (CEREN)

Centre Francis Arrighi
Domaine de Valabre
13120 Gardanne
+33(0) 442 608 690 Mail adress

Identifications

Veuillez saisir votre adresse email et votre mot de passe :

Chargement identification

Mot de passe oublié ?

Par mesure de sécurité, nous ne pouvons pas vous restituer votre mot de passe.
Pour obtenir un nouveau mot de passe par email, merci de bien vouloir saisir votre adresse e-mail ci-dessous :

Chargement mot de pass oublié

Changer le mot de passe

Pour changer votre mot de passe utilisateur, merci de remplir les champs ci-dessous :

Chargement mot de pass oublié